banner

BTS OL à distance : des modalités qui s’adaptent à tous les profils

Le 20/05/2022

Depuis la rentrée 2021, l’ISO a mis en place une classe de BTS OL à distance. Tous les matins, une quinzaine d’étudiants de toute la France suit les cours de première année à distance. Ils sont encadrés par une équipe d’enseignants motivés et heureux de transmettre à de nouveaux profils de candidats au diplôme d’opticien lunetier. Sylvain Vacher, Béatrice Chopin et Cyril Vidalin, professeurs à l’ISO partagent avec nous leur expérience sur l’année scolaire en cours. Et se projettent sur une nouvelle modalité de la formation en ligne : le BTS OL à distance en apprentissage.

À quels profils d’étudiants s’adresse la formation à distance au BTS Opticien lunetier ?

Tous les profils d’étudiants sont concernés, mais cette modalité d’enseignement convient plus particulièrement aux personnes en réorientation ou en reconversion avec un profil scientifique.

Le point commun entre tous les étudiants réside dans leur motivation et leur maturité.

Des profils en reconversion de tous âges et de tous secteurs professionnels

Parmi les quinze étudiants de la promotion, la plupart ont fait le choix de la Formation d’Opticien À Distance (FOAD) pour deux raisons :

  • éloignement géographique et difficultés pour se déplacer vers un centre de formation,
  • obligations familiales et parfois professionnelles.

« La plupart de nos étudiants sont en reconversion professionnelle. Ils ont un quotidien à gérer, une famille et ne peuvent pas s’absenter de leur domicile. Par ailleurs, une de nos étudiantes travaille les après-midis en tant qu’auto-entrepreneuse. » (Sylvain Vacher, enseignant ISO Nantes)

« Les profils de nos étudiants sont très variés. Ils ont déjà tous une expérience du monde du travail et/ou poursuivi des études dans un autre domaine. » (Cyril Vidalin, enseignant ISO Nantes et Rennes)

Motivation et maturité : des atouts de taille pour les étudiants du BTS OL à distance

Les trois enseignants ISO interrogés soulignent la forte motivation des étudiants du BTS OL à distance.

Pour Sylvain Vacher,

C’est un vrai bonheur d’enseigner à des étudiants motivés. Je suis surtout là pour les aiguiller, car le travail c’est eux qui le font ! Ils m’ont réconcilié avec le cours à distance. Quand ils sont en difficulté, ils se soutiennent, on en parle et on peut trouver une solution.

De son côté, Béatrice Chopin constate :

Le côté paramédical est un fort facteur motivationnel. Les étudiants en reconversion professionnelle cherchent un métier qui a du sens. Et aider les personnes à mieux voir est une belle mission pour eux.

Certains de mes étudiants sont aussi très intéressés par l’aspect créatif du métier et souhaiteraient créer leur propre marque. » (Béatrice Chopin, enseignante ISO Lyon).

Cyril Vidalin confirme :

La classe est très autonome et volontaire. Les étudiants ont envie d’apprendre et font preuve de maturité, quel que soit leur âge.

Comment les cours sont-ils conçus pour répondre aux besoins spécifiques des étudiants en FOAD ?

 

L’expérience du confinement pour adapter les contenus d’apprentissage au distanciel

Béatrice Chopin, Cyril Vidalin et Sylvain Vacher enseignent également à des étudiants en présentiel. Ils ont tous trois connu les cours à distance pendant le confinement. Cela leur a permis deux choses : se familiariser avec l’enseignement à distance et développer des outils d’enseignement adapté. Même si au départ il y avait un peu d’appréhension. « Pour nous c’était un challenge, explique Cyril Vidalin. Face aux cours à distance, tous les enseignants n’ont pas adhéré. Ils ont plutôt subi la situation et le retour des étudiants n’était pas bon non plus. Ça nous a mis une pression supplémentaire ! »

« Avec la formation à distance, les élèves savent déjà à quoi s’en tenir, précise Béatrice Chopin. Ils cherchent avant tout à se former comme opticien et arrivent davantage à se projeter dans leur vie professionnelle future. Sans doute parce que la plupart d’entre eux ont déjà travaillé. C’est eux qui ont choisi le distanciel et cela leur convient très bien ainsi. Ce n’était pas le cas de nos élèves pendant le confinement, qui pour certains avaient décroché en attendant de revenir en cours. »

Développer des outils numériques et mettre en place le e-learning

« Nous avons eu l’opportunité de nous former sur les outils d’enseignement à distance pendant le confinement, poursuit Cyril Vidalin. J’étais dans l’équipe qui a conçu la FOAD pour cette première année. Nous étions chargés de la conception de la classe : cursus pédagogique, syllabus, organisation des cours, répartition… Actuellement, je travaille en binôme avec Sylvain Vacher et nous développons l’aspect e-learning des cours. »

Vacher confirme, « tous nos contenus de cours sont numérisés. De plus, nous développons nos modules en e-learning pour créer des parcours complets. Ainsi, tous nos cours sont accessibles après chaque séance avec les corrigés animés, les fiches mémo. De plus, les étudiants ont la possibilité de refaire les exercices, en pas à pas avec des explications. On a eu un gros boulot de numérisation, mais cela valait la peine parce les élèves s’en servent vraiment. En fait, nous échangeons beaucoup dans cette classe. Il y a une grande interactivité entre élèves et entre professeurs et élèves. Cela nous aide à adapter et améliorer nos contenus pour faciliter au maximum les apprentissages, précise Sylvain Vacher. »

« En effet, complète Béatrice Chopin, les élèves participent activement. Ils expriment leurs besoins et cherchent avec nous des solutions pour améliorer la transmission des connaissances. Nous avons un lien de proximité fort malgré l’éloignement géographique. Par exemple, j’utilise une tablette qui me permet de tracer des schémas en direct pour appuyer mon propos. Et quand quelqu’un n’a pas compris, un autre élève prend le relai pour expliquer d’une autre façon. Il y a beaucoup d’interaction et d’entraide, pendant et en dehors des cours. Le fait d’avoir ensuite à disposition le cours complet en PDF facilite les apprentissages, souligne Mme Chopin. »

Quels conseils donneriez-vous aux futurs étudiants au BTS OL à distance et en alternance ?

La nouvelle modalité du BTS OL à distance : l’alternance

Dans un souci de proposer une solution de formation adaptée à tous les profils, l’ISO complète son offre par une nouvelle modalité. À partir de la rentrée 2022, les étudiants au BTS OL à distance pourront opter pour l’alternance. Ils suivront les cours 4 matinées par semaine et travailleront en boutique de 15h à 19h. Cette nouvelle disposition permettra aux étudiants en alternance :

  • d’effectuer leur stage à proximité de leur domicile (les opticiens recrutent partout sur le territoire et en dehors des villes centres),
  • de supprimer la fatigue des déplacements et les coûts liés à leur présence à l’école (transport, hébergement),
  • de percevoir un revenu pendant leur formation,
  • d’économiser le coût de la formation.

Les conseils des enseignants pour aborder la nouvelle rentrée à distance

Tous les étudiants à distance suivront les mêmes cours en direct sur la plateforme dédiée. Les conseils des enseignants sont les mêmes pour tous, alternants ou non.

« Selon moi, la motivation est la clé de la réussite. Pour suivre les cours à distance il faut être motivé et être sûr de son choix, savoir qu’il y aura très peu de rencontres physiques, en dehors des sessions de travaux pratiques sur site. Cela doit être un choix délibéré qui répond à un réel besoin, comme l’éloignement géographique, précise Cyril Vidalin. »

« Je pense que le plus important pour réussir c’est d’être organisé, ajoute Sylvain Vacher. Il faut tout de suite prévoir des plages de travail et de révision, prendre les devants. Pour les alternants, il est essentiel de prévoir de travailler les cours sur son temps libre, pendant ses congés. J’estime à environ 2h par jour le travail personnel. Puis ne pas hésiter à poser des questions. Il n’y a pas de question bête et nous sommes là pour répondre à toutes les interrogations concernant les cours et le métier, insiste M. Vacher. »

« En suivant les cours à distance, les alternants vont pouvoir réduire leur temps de trajet. Certains de mes élèves à l’ISO Lyon se lèvent à 4h du matin, car l’école est éloignée de leur domicile. En réduisant leur fatigue, ils pourront passer plus de temps à étudier. Ainsi, ils vont maximiser leurs chances de réussite à l’examen du BTS OL, explique Béatrice Chopin. Par ailleurs, la motivation reste l’élément primordial pour tous les étudiants. »

Sylvain Vacher est professeur à l’ISO Nantes depuis 2009. Il enseigne la prise de mesure, le CERT (Contrôle d’Équipement et Réalisation Technique), l’optique géométrique et l’ETSO (Étude Technique des Systèmes Optiques) aux étudiants du BTS OL à distance.
Béatrice Chopin est professeure à l’ISO Lyon depuis 2001. Elle enseigne l’analyse de la vision et l’optométrie aux étudiants du BTS OL à distance.
Cyril Vidalin est professeur à l’ISO Nantes et Rennes depuis 2007. Il enseigne l’optique géométrique et le référentiel de la pratique atelier aux étudiants du BTS OL à distance.

Les chiffres clés de l'iso

Les chiffres clés de l'iso

1988

Création
de l'iso

9

écoles et CFA
en france

15 000

étudiants
& diplomés

100%

taux
d’employabilité