img-loader
banniere banniere

En ce moment à l'iso

Les cours à distance durant le confinement : retours d’expériences

Les cours à distance durant le confinement : retours d’expériences

Depuis le 16 mars – confinement oblige – les cours de l’ISO ont lieu à distance en visio-conférence. La mobilisation rapide de la direction et des équipes pédagogiques des 9 écoles ISO a permis d’assurer la continuité des apprentissages. Deux étudiants et une enseignante à l’ISO Paris nous racontent l’expérience des cours en ligne et de leur nouveau quotidien à la maison et nous livrent quelques conseils pour traverser cette période si particulière sans prise de tête !

L’ISO au rendez-vous

Depuis le début du confinement, tous les cours de l’ISO (à l’exception de la pratique – atelier et optométrie) sont assurés en direct via Microsoft Teams. « On a tous été très impressionnés par la rapidité et l’efficacité avec lesquels l’ISO s’est organisé face à la situation », s’accordent Nicolas Landemaine et Jean-Paul Doman, étudiants respectivement en 1ère et 2e année de BTS OL à l’ISO Paris.

« La situation avait été anticipée dès les grèves de décembre, grâce à la mobilisation de la direction de l’ISO Paris notamment, Anne-Sophie Tollis, et de toute l’équipe pédagogique », déclare Axel Pouillon-Guibert, enseignante d’optométrie et d’analyse de la vision à l’ISO Paris. A l’annonce des fermetures des écoles en Italie, les directeurs des 9 centres ISO ont partagé, enrichi et développé la procédure des cours et examens à distance.

Barème informatisé, corrections dématérialisées, plannings modifiés et adaptés pour assurer un quart d’heure de pause minimum entre chaque cours (et permettre ainsi à tout le monde de passer d’un cours à l’autre)… Tout a été mis en place pour assurer la poursuite des apprentissages dans les meilleures conditions.

Enseignants et directeurs mettent tout en œuvre pour optimiser l’enseignement dans cette nouvelle donne. « Nous faisons un point hebdomadaire tous ensemble pour partager nos bonnes pratiques et identifier des pistes d’amélioration avec l’outil de visio-conférence », raconte Axel.

 

Proximité avec les enseignants, bonne ambiance et soutien

Pour Jean-Paul, le format en direct avec le chat est idéal pour interagir avec les enseignants. « Au début, on n’osait pas trop parler, on s’excusait d’interrompre les profs durant leurs cours. Maintenant, on est à l’aise, on n’hésite plus à leur poser nos questions ». Il faut dire aussi que « les cours en webcam diffusés depuis le salon des enseignants, ça renforce le sentiment de proximité », souligne Nicolas avec amusement.

Une chose est sûre : les étudiants n’ont pas perdu leur bonne humeur. « En attendant le début d’un cours, un jour, on a fait un remake de « La France a un incroyable talent » ; une fille de ma classe nous a joué un morceau de guitare », raconte Jean-Paul, qui prend souvent le micro le matin avec d’autres camarades pour ambiancer la classe et débriefer leur quotidien en confinement. »

Et de poursuivre : « Il y a de la solidarité et du soutien entre nous. Le soir, on s’appelle souvent avec mes camarades pour répondre respectivement à nos questions – c’est notre habitude de travailler en groupe. »

 

Vie pro / vie perso : un équilibre à trouver

À la maison, les possibilités de distraction (portable, ordinateur, télé…) sont nombreuses : Jean-Paul n’arrive pas toujours bien à se concentrer quand toute sa famille se retrouve dans le salon l’après-midi. Sans oublier pour certains comme Nicolas, confiné à la campagne, les aléas du réseau…

Du côté des enseignants, le télétravail n’est pas toujours facile non plus : certains collègues d’Axel Pouillon-Guibert doivent gérer leur vie de famille et les cours de leurs enfants, en plus d’assurer les cours en ligne pour l’ISO. « C’est une toute nouvelle organisation à mettre en place », note-t-elle.

Mais les avantages du distantiel ne manquent pas. Les étudiants « s’autorise[nt] plus à utiliser [leur] téléphone et répondre à [leurs] messages ». Jean-Paul ne se cache pas non plus que « certains matins, cela [l’]arrange de ne pas avoir à parler » ! Et dans un sondage posté sur le compte Instagram de l’ISO, « 87% des étudiants ont déclaré rester en pyjama jusqu’à la pause déjeuner ». Axel se souvient même qu’« un jour, une élève s’est endormie en plein cours. On l’entendait ronfler dans son canapé ! », rit-elle.

 

Comment rester focus ?

« Mettez-vous en « mode école », dans de bonnes conditions de travail en vous installant à votre bureau, préparez vos supports à l’avance, et pour les alternants, mettez à profit le temps libéré par les jours non travaillés pour étudier », conseille l’enseignante.

Nicolas conseille de « rester sérieux et assidu » : « ne lâchez rien et ne prenez pas cette période comme des vacances, même si on est chacun chez soi : les examens vont bientôt arriver. » Son astuce pour se concentrer : travailler en musique.

Pour Jean-Paul, « le plus important est de garder le rythme ». Le matin, il se lève, prend son café puis sa douche avant de se mettre devant son ordinateur pour sa journée de cours.

 

Des conseils pour rester zen 

La formule gagnante pour Jean-Paul ? « Manger, regarder des séries et des films sur Netflix et dormir. Sans oublier l’activité physique comme la musculation à la maison. »

Pour Axel Pouillon-Guibert, c’est une question d’équilibre « entre le travail et des moments de détente, l’activité physique, la vie de famille, faire la cuisine, s’aérer si on a un espace extérieur, mais aussi faire du yoga et de la méditation », en s’accordant des pauses loin de tout écran pour laisser reposer ses yeux.

Nicolas conseille de « garder les 2 jours du week-end pour la détente, jouer à des jeux de société et prendre du temps avec ses proches. » « Un grand merci à l’ISO, aux enseignants et à toute l’administration qui ont fait un travail formidable pour que l’on puisse poursuivre normalement notre cursus. C’est un très beau travail au quotidien », conclut-t-il.

Les chiffres clés de l'iso

Les chiffres clés de l'iso

1988

Création
de l'iso

9

écoles
en france

14 000

étudiants
& diplomés

89%

taux
d’employabilité