banner

Qu’est-ce que la contactologie ?

Le 08/07/2022

La contactologie regroupe un large champ d’équipements en lentilles de contact pour pallier tous les besoins : vision, esthétique, thérapeutique. C’est une pratique paramédicale dont l’objectif principal est de corriger les défauts visuels des patients atteints d’amétropie, qu’il s’agisse de myopie, presbytie, astigmatisme ou hypermétropie. En fait, il existe une grande variété de lentilles de contact. Celles-ci s’adaptent à chaque profil de patient : lentilles souples ou rigides, mensuelles ou journalières, réservées aux loisirs (sport de combat, natation), lentilles sclérales pour corriger le kératocône… Par ailleurs, certaines lentilles s’emploient dans le cadre thérapeutique, après une chirurgie par exemple, pour traiter certaines affections de la cornée (partie antérieure de l’œil) comme les ulcères ou encore les œdèmes de la rétine, etc. De même, l’orthokératologie prévoit le port de lentilles de nuit pour se passer de correction la journée.

Qui pratique la contactologie ?

En France, les professionnels de santé spécialistes en contactologie sont d’abord des médecins ophtalmologistes. Il peut également s’agir d’orthoptistes (chargés de la rééducation) ou d’opticiens-optométristes, sous couvert de contrôle médical (consultation d’ophtalmologie). Ils ont tous suivi une formation spécifique en contactologie. Cette formation leur confère des compétences étendues pour accueillir, conseiller et assurer le suivi des patients porteurs de lentilles.

Le contactologue a une connaissance approfondie des spécificités liées au choix des équipements en lentilles de contact, à leur pose et à leur entretien.

Que fait le contactologue pour l’adaptation aux lentilles ?

En particulier, le contactologue accompagne l’adaptation des lentilles pour les patients qui s’équipent pour la première fois ou dans le cadre d’un renouvellement. Le patient doit obligatoirement être porteur d’une ordonnance de son médecin ophtalmologiste.

Ce suivi fait l’objet d’un protocole encadré pour maximiser les chances d’une adaptation réussie alliant confort visuel et oculaire. Il comprend en général 4 étapes :

  • Examen de l’œil chez l’ophtalmologue (morphologie et correction, dépistage de pathologies rétiniennes). Prises de mesures (rayon de courbure de la cornée, film lacrymal, qualité des larmes…) qui débouchent sur une prescription de lentilles d’essai ;
  • Manipulation des lentilles : pose, port et retrait sous la supervision du contactologue (en boutique ou centre de la vision) ;
  • Conseils d’entretien et d’hygiène (lavage des mains préalable, solutions de rinçage, de trempage, propreté de l’étui) ;
  • Rendez-vous réguliers de contrôle. Le contactologue mesure l’acuité visuelle, interroge sur le confort oculaire et les irritations possibles (yeux rouges, secs ou larmoyants…). Il adapte les équipements et produits optiques et propose éventuellement un autre type de lentilles correctrices.

L’adaptation se déroule en général sur 1 mois. Elle permet ensuite au patient de porter ses lentilles de contact en toute sécurité et avec un confort visuel optimal. En fonction des patients et des pathologies associées (astigmatisme irrégulier comme avec le kératocône, anisométropies, glaucome, cataracte, strabismes accommodatifs…), il peut être nécessaire d’effectuer des contrôles complémentaires. Dans tous les cas, le contactologue travaille en lien étroit avec le médecin spécialiste.

La formation à la contactologie

Les opticiens-lunetiers diplômés (2 années d’études pour obtenir le BTS opticien lunetier) peuvent se spécialiser en contactologie. Pour ce faire, ils doivent obtenir une licence professionnelle d’optique (niveau bac +3). En effet, le programme d’études comporte trois modules, déclinés en cours théoriques, travaux dirigés et travaux pratiques :

  • Optométrie (200 h) : histoire de cas, examens préalables, réfraction, vision de près, vision binoculaire, phories décompensées, anomalies de l’accommodation ;
  • Contactologie (200 h) : réglementation, anatomie liée à la contactologie, biomicroscopie, presbytie, microbiologie et complications oculaires, adaptation (protocole, modification, optimisation) ;
  • Basse vision (55 h) : optique géométrique, pathologies nécessitant un équipement de basse vision, pratique de la basse vision en magasin d’optique, réglementations, matériels de basse vision.

L’opticien optométriste est donc également un expert en contactologie.

Sa formation lui permet d’accroître ses connaissances des matériaux, de la géométrie et de la fabrication de la lentille. De plus, il développe son expertise dans la prise en charge de l’adaptation des lentilles, dont celles réservées aux enfants. Enfin, il identifie et gère les éventuelles complications.

La licence professionnelle d’optique s’adresse aux opticiens titulaires d’un BTS opticien-lunetier ou équivalent à l’étranger. Elle s’effectue en formation initiale temps plein ou en alternance, pendant un an. Les diplômés de la licence pro d’optique peuvent accéder directement à des postes d’opticiens optométristes et contactologues. Ou bien ils peuvent choisir de poursuivre leurs études par un DU de Pratiques Avancées ou un Master en Sciences de la Vision. 

Les chiffres clés de l'iso

Les chiffres clés de l'iso

1988

Création
de l'iso

9

écoles et CFA
en france

15 000

étudiants
& diplomés

100%

taux
d’employabilité