banner

Bertrand

arrow-back Témoignages

Bertrand,

Diplômé de la Licence professionnelle d'Optique à l'ISO Paris, il est aujourd'hui Infirmier-Optométriste

La contactologie, c'est clairement notre force en tant qu’optométriste.

Bertrand, diplômé de la Licence Professionnelle d’Optique à l’ISO Paris. Il est aujourd’hui infirmier-optométriste.

Tu peux nous raconter ton parcours ?

Moi, je suis issu d’un bac scientifique, j’ai fait une formation d’infirmier et pour des raisons personnelles, j’ai décidé de quitter le milieu hospitalier. Je me suis posé la question que faire ? L’optique est ainsi rentrer dans ma vie.

Tu as fait quoi en sortant de l’ISO ?

J’ai intégré un grand magasin d’optique à la Défense grâce à l’ISO d’ailleurs. Ça a été mon premier poste en tant qu’opticien.

Quel est ton poste aujourd’hui ?

Infirmiers et optométristes.  En centre ophtalmo, ma principale mission étant la préconsultation et le conseil auprès des patients.

Et qu’est ce qui te plait dans ce travail ?

Redonner la vue aux gens et améliorer leur qualité visuelle.

On peut faire quoi après une spécialisation en santé visuelle ?

On peut effectivement se rapprocher du milieu paramédical. On peut travailler en centre, en cabinet, en labo de recherche.

Ton cours préféré quand tu étais à l’ISO ?

La contactologie, c’est clairement notre force en tant qu’optométriste.

Tu as fait un stage à l’étranger ?

A la fin de ma licence, j’ai eu l’opportunité de pouvoir réaliser un stage à l’étranger. J’ai choisi Birmingham puisque ce n’était pas trop loin et en plus, j’étais dans ma  période Peaky Blinders. Ça m’a permis de voir comment on exerçait mon métier à l’étranger, puis visiter des centres de basse vision, parce que là-bas ils ont carrément des centres spécialisés et aussi des centres de chirurgie réfractive où là, c’est la combinaison de l’ophtalmo et d’optométriste.

Le plus gros challenge que tu as dû relever à l’ISO ?

Travail d’étude et de recherche, à la fin de la Licence. C’est terrible.

Ton surnom quand tu étais étudiant ?

Docteur Bébert.

Une anecdote sur tes années à l’ISO ?

Les soirées le jeudi soir, quand on a cours le vendredi, c’est dur.

Un professeur qui t’a marqué ?

Tous, ils avaient tous leur manière de faire et c’est pour ça que je m’en souviens.

Tu te vois où dans 5 ans ?

Dans cinq ans, peut être que je serai au Canada ou en Suisse… je ne sais pas vraiment, on verra.

Les chiffres clés de l'iso

Les chiffres clés de l'iso

1988

Création
de l'iso

9

écoles et CFA
en france

15 000

étudiants
& diplomés

90%

taux
d’employabilité