banner

Thierry Bernier, Directeur marketing en reconversion

arrow-back Témoignages

Thierry Bernier,

Directeur marketing en reconversion

Lassé du marketing, j’ai pensé aux études d’optique. Après le confinement, j'ai eu le déclic.
directeur-marketing-opticien-reconversion-temoignage-ISO-THIERRY-BERNIER

« Lassé du marketing et de la communication, j’ai pensé aux études d’optique sur la recommandation d’un ami professionnel de santé. Après le premier confinement, j’ai eu le déclic. »

Après une longue carrière en marketing et communication, Thierry Bernier a senti le besoin de se reconvertir. L’été dernier, sur les conseils d’un ami professionnel de santé, le secteur optique lui est apparu comme une évidence. Depuis sa rentrée en prépa optique, il s’épanouit dans sa nouvelle activité.

« Après avoir décroché l’équivalent d’une maîtrise en marketing et communication dans une école lyonnaise, j’ai commencé ma carrière en agence de communication avec mon associé. Puis j’ai complété ma formation en suivant un MBA marketing et communication à Paris et travaillé pendant 3 ans à la Direction Afrique et Moyen Orient de Total. Je me suis ensuite associé avec un fournisseur qui dirigeait alors une agence de communication généraliste. Mais depuis plus de 2 ans, j’avais l’impression d’avoir fait le tour de mon métier et m’étais mis en tête de changer de travail sans pour autant savoir vers quelle branche m’orienter.

En tant que professionnel de santé, un ami qui me connait très bien m’a suggéré de devenir opticien-lunetier. Cette idée a fait son chemin jusqu’au déclic il y a 6 mois, à la faveur de la crise du Covid. Décidé à sauter le pas, j’ai contacté l’ISO Paris qui m’a laissé le choix entre la prépa optique et le BTS OL. Mon Bac S décroché il y a 30 ans, j’ai préféré me remettre progressivement dans le bain en suivant l’année de prépa.

Sensible à la qualité de sa communication et à la puissance de son réseau, j’ai choisi l’ISO pour avoir accès au meilleur enseignement en optique et à un large éventail de possibilités. L’organisation y est parfaite – d’autant plus en ces périodes de confinement –, les outils mis à disposition et les conditions de travail excellents. Je suis 3 jours en magasin et 2 jours à l’école, dont 1 semaine sur 2 en distantiel.

Reprendre les études, c’est rafraîchissant ! Mon expérience professionnelle me permet d’aborder cette reconversion avec sagesse et sérénité, mais aussi plus d’organisation et d’assurance. Les échanges avec les enseignants sont très qualitatifs et enrichissants et la relation avec les jeunes se passe très bien.

Aujourd’hui, je m’amuse beaucoup. Ce métier est passionnant et tellement varié que l’on ne s’ennuie jamais. Etre opticien, c’est avoir une activité à la fois manuelle, intellectuelle, technique, commerciale et scientifique. C’est très gratifiant, par exemple lorsqu’on donne le sourire à une petite fille ou à une grand-mère en lui proposant un équipement adapté qui la met en valeur : on apporte du bonheur aux gens. J’ai également d’excellentes relations avec les propriétaires, deux associés de mon âge, et les responsables des magasins qui sont plutôt jeunes. À terme, je souhaite moi-même ouvrir un magasin en province.

Ayant validé ma reconversion sur le terrain, je suis 100% satisfait de mon choix. Il ne faut pas avoir peur du changement. Cela permet de redonner un nouveau souffle à sa vie professionnelle et de vivre une nouvelle aventure extraordinaire ! »

Les chiffres clés de l'iso

Les chiffres clés de l'iso

1988

Création
de l'iso

9

écoles et CFA
en france

15 000

étudiants
& diplomés

90%

taux
d’employabilité