banner

Témoignage de Pauline Alem

arrow-back Témoignages

Pauline Alem,

Diplômée du BTS Opticien-Lunetier

L’optique me plaisait beaucoup de par sa dimension esthétique et tournée vers la mode.  
Pauline Alem

Pauline Alem, Diplômée du BTS Opticien-Lunetier, ISO Marseille, promo 2008,  Fondatrice et Présidente de Seecly

« Mon cursus à l’ISO Marseille m’a apporté toutes les compétences techniques nécessaires pour exercer dans le secteur optique, avant de créer ma propre entreprise »

Après un début de carrière en magasin et au siège d’une enseigne, Pauline Alem, diplômée du BTS Opticien Lunetier à l’ISO Marseille, s’est lancée en 2020 dans l’entrepreneuriat. Elle a créé Seecly, « le Vinted de la lunette avec les services et les conseils de l’opticien en plus ». 

« Ma mère est responsable de magasin d’une chaîne d’optique depuis plus de 30 ans. J’ai ainsi baigné dès mon plus jeune âge dans l’univers des lunettes. L’optique me plaisait beaucoup de par sa dimension esthétique et tournée vers la mode. Après avoir commencé mon cursus dans une autre école, j’ai suivi la première promo du BTS Opticien-Lunetier à l’ISO Marseille. Mon choix s’est porté sur l’ISO en raison de ses beaux pourcentages de réussite au BTS.

Durant 9 mois, j’ai pu me former chez ma mère dans le cadre d’un remplacement congé maternité. Cela a été une super expérience d’autant plus bénéfique que je connaissais bien l’équipe. Puis j’ai travaillé dans un magasin à Aix-en-Provence où j’ai approfondi mes compétences commerciales, avant d’être débauchée par un magasin franchisé, qui m’a mise en contact avec une clientèle urbaine et sympathique.

Par la suite, je suis devenue opticienne animateur réseau chez Atol. J’ai beaucoup aimé assurer l’interface entre l’enseigne et les 70 points de vente dont j’étais responsable et qui présentaient des problématiques très différentes (stocks, magasins vieillissants, nécessité de se démarquer de la concurrence, etc.). J’ai décroché ensuite un poste au siège d’une enseigne, ce qui m’a beaucoup appris en termes de communication, de marketing et d’architecture des magasins. Autant d’expériences qui m’ont plu et ont été très formatrices.

Puis ayant toujours voulu être entrepreneure, j’ai commencé à réfléchir à un projet. Maman de 3 enfants, je me suis mise à acheter et à vendre beaucoup d’articles sur Vinted et me suis rendue compte qu’il y avait beaucoup de paires de lunettes proposées sans professionnels à même d’assurer l’authentification, la remise en état et l’adaptation à la vue. J’ai souhaité m’engager dans une action de consommation « responsable » grâce à la valorisation de la seconde-main. L’idée a fait son chemin jusqu’à devenir un projet solide.

Seecly, bientôt le plus grand catalogue de montures du marché

Seecly propose des lunettes neuves et d’occasion, à tous les budgets et pour tous les styles, avec la possibilité de se faire rembourser si le client fournit une ordonnance. Tous les produits d’occasion mis en ligne transitent par notre atelier du Sud de la France où des opticiens les désinfectent, les rhabillent et les authentifient avant de les adapter à la vue du client. L’acheteur reçoit sa paire de lunettes puis se fait rembourser (nous sommes agréés par la Sécurité Sociale et les mutuelles).

Accompagnée par différents organismes (comptable, juriste, etc.), j’ai contracté un prêt à la banque et monté la structure. J’ai fait appel à un développeur pour lancer mon site, communiqué sur les réseaux sociaux et créé un blog pour partager des conseils et des actualités santé et beauté.

La clientèle cible de Seecly – les millenials – a l’habitude de consommer sur internet. Acheter et revendre font partie des nouveaux modes de consommation. Le marché de seconde main, c’est l’avenir. Selon une étude publiée par OpinionWay pour Rakuten en mai 2020, 70% des répondants déclarent vouloir consommer plus de produits d’occasion et locaux en sortie de crise. Nous sommes dans un bon timing.

Devenir entrepreneur, une voie exigeante et passionnante

L’entrepreneuriat, c’est les montagnes russes, des ascenseurs émotionnels. Il faut avoir le cœur bien accroché, s’armer de patience et de persévérance. Mais surtout être passionné et avoir de l’énergie à revendre. C’est une aventure difficile mais formidable.

Le sentiment de liberté que cela procure – avec la possibilité d’aménager ses horaires – est très positif. J’ai me sens investie dans une cause noble et vois les fruits de mes efforts. C’est grisant et passionnant.

Je suis en train de m’associer avec un responsable marketing digital d’un grand groupe pour consolider une stratégie à long terme. Notre ambition est de proposer le plus grand catalogue de montures qui existe, avec un développement en France et en Europe. L’idée est de devenir un relai de croissance pour les opticiens, dont nous recevons beaucoup de demandes pour écouler leurs invendus. Nous envisageons également de créer une association – ou de développer un partenariat avec une association – pour donner une deuxième vie aux lunettes qui ne correspondent pas à notre cahier des charges. »

Les chiffres clés de l'iso

Les chiffres clés de l'iso

1988

Création
de l'iso

9

écoles et CFA
en france

15 000

étudiants
& diplomés

100%

taux
d’employabilité