Success story de Mehdi YAHIANI, de la Licence Professionnelle d’Optique à formateur en Chine

Mehdi_Yahiani_Licence_Professionnelle_Optique

Mehdi YAHIANI

Formateur et Manager de 3 points de vente en Chine
ISO Lille

Arrivé il y a un an et demi avec une Licence Professionnelle d’Optique en poche, Mehdi Yahiani est déjà formateur et à la tête de trois points de vente en Chine. Récit d’une ascension fulgurante dans l’Empire du Milieu.

À 26 ans, Mehdi Yahini a bien pris le pli de la vie à la chinoise : il travaille six jours sur sept, enchaînant réunions et déplacements, onze salariés à gérer dans les trois points de vente qu’il manage, une trentaine d’opticiens à former en parallèle. « On ne s’ennuie pas ici – c’est sûr ! », s’amuse l’ancien lillois débarqué il y a seulement dix-huit mois en Chine.

À l’époque, Mehdi sort tout juste du cursus de Licence Professionnelle d’Optique de l’ISO Lille, suivi en alternance, après l’obtention de son BTS Opticien Lunetier dans la même école. Dans le cadre de ses partenariats internationaux, l’ISO lui propose de partir un an comme formateur en Chine. Objectif : inculquer les fondamentaux de l’optique appris dans son cursus français à de jeunes managers de magasins chinois. « Les cursus d’optique en Chine restent assez théoriques », explique Mehdi. « Il y a peu de stage et de pratique en magasin. Même le cursus d’optométrie de 4 ans ne comporte qu’un stage d’observation de 6 mois en hôpital. Ainsi, les employeurs complètent souvent par eux-mêmes la formation des salariés qu’ils recrutent. »

Le titulaire de la Licence Professionnelle d’Optique saute sur l’occasion et fait le grand saut dans l’inconnu à la rentrée 2016. Direction la province du Henan, dans le nord du pays. « Je ne parlais pas un mot de chinois, mais j’étais accompagné par un traducteur, qui m’a aidé aussi pour les modalités de mon installation sur place. »

etudiant iso lille en chine

« En quelques mois, on se retrouve avec des cartes de visite de CEO »

Mehdi s’acclimate rapidement au pays et à un marché de l’optique à la croissance galopante. « En l’espace de quelques mois, on se retrouve avec des cartes de visites de CEO et des propositions de postes avec des salaires auxquels on ne rêverait pas en France », commente l’expatrié. « Les besoins de formation dans le secteur sont immenses et les employeurs sont constamment en recherche de professionnels pour coacher leurs équipes. » Seul hic : Mehdi ne parle pas chinois et l’embauche d’un traducteur pour l’accompagner refroidit les potentiels employeurs. Au bout d’un an, Mehdi finit son contrat et rentre en France, mais ne se décourage pas pour autant.

« Malgré la barrière de la langue, j’étais persuadé qu’il y avait des opportunités à saisir. » Il revient seul à Shanghai, démarche des réseaux et finit par trouver un poste dans la province de Chongqing. « Le groupe comptait suffisamment d’employés anglophones pour que je sois accompagné dans les points de vente par des salariés capables de traduire pour moi. » Recruté en septembre dernier, Mehdi est – six mois plus tard – en charge de la formation d’une trentaine de salariés, et a récupéré depuis également la gestion de trois points de vente (dont un magasin franchisé Alain Afflelou). « Ici, tout va vite, très vite. Quand les résultats suivent, on vous fait très rapidement confiance. »

« Ici, le client est un vrai Dieu »

Rythme de travail soutenu à la clé et expertise consolidée du marché. « Le fonctionnement des points de vente est assez différent de ce que l’on voit en France car il y a des hiérarchies assez établies avec un gestionnaire de magasin, un manager général, un optométriste et des vendeurs. Chacun a une place assez précise, ce qui simplifie les choses au final. ». Et le client ? « S’il est roi en France, ici c’est un véritable Dieu ! Les clients sont hyper-connectés – via Wechat, et peuvent être très exigeants – en particulier sur les prix. Il y a une culture de la remise qui conduit à des négociations sans fin. Même si vous affichez des tarifs moins élevés que vos concurrents, les clients réclameront encore des remises par principe. » Sourire en coin. Mehdi le Lillois sait y faire avec les manières chinoises et a déjà doublé les résultats de ses magasins.

Expatrié et acclimaté, il a d’autres ambitions pour son futur : en Chine peut-être, aux États-Unis pourquoi pas. Voire en France. « Partir loin ne m’a pas coupé de la France et du marché hexagonal. Il y a plein de belles choses à y faire aussi – certes à un rythme différent d’ici – mais avec de belles opportunités. Si ça se présente, pourquoi pas… »

> En savoir plus sur le parcours de Mehdi à l’ISO Lille

Source : Bien Vu -Hors-Série Le guide de l’emploi 2018

caroline abram iso paris

Caroline ABRAM

Opticienne Créatrice
ISO Paris

« Mon cursus m’a beaucoup aidée à devenir autonome »

>
maxime balouzat ancien etudiant ecole optique iso

Maxime BALOUZAT

Co-propriétaire de 5 magasins Afflelou
ISO Lyon

« L’expérience du terrain est primordiale »

>
ingenieur optique iso

Anouck PAOLETTI

Ingénieur optique chez Airbus Defence and Space
ISO Toulouse

« C’est une chance de se professionnaliser dans un domaine qui nous exalte »

>
Demande de brochure
Inscription JPO
Candidature en ligne