banner

Témoignage de Maïa Naymark en stage à New York

Maïa NAYMARK,

Stage à New-York 2014, ISO Paris

Penser que la pratique de l’Optométrie en tant que profession à part entière soit tout à fait réalisable est une chose, mais d’avoir été baigné dedans un mois durant, et d’avoir pu en observer de visu les avantages pour le patient, rend cette idée d’autant plus concrète.
interview_etudiante_iso_stage_usa

Un stage dans la clinique universitaire d’optométrie à New York

Je m’appelle Maïa Naymark, je suis étudiante en Optométrie à la Faculté d’Orsay, et lors de la Licence Professionnelle d’Optique que j’ai effectuée à l’ISO Paris, j’ai entendu parler
partenariat effectué entre l’ISO et SUNY (State University of New York), permettant de passer un mois en immersion dans une clinique universitaire d’Optométrie à New York. Je n’ai pas hésité plus de quelques secondes avant de déposer ma candidature, car l’idée de découvrir la pratique de l’Optométrie dans un pays où celle-ci est reconnue, qui plus est dans une des villes les plus attractives de la planète, me donna immédiatement envie de partir.

Un programme de stage riche et complet

A peine arrivée sur place, dès le premier jour du stage, mes trois co-stagiaires et moi-même avons directement compris que nous allions vivre une expérience hors du commun. Jennifer Hue, l’étudiante en charge de notre stage, nous a tout d’abord réservé un accueil  digne de ce nom, en partageant avec nous un premier petit déjeuner dans la clinique, afin de nous expliquer le programme qu’elle avait préalablement préparé pour nous. Lors de cette première journée, nous avons également visité les différents services de la clinique (au nombre de 10), ainsi que la bibliothèque, dans laquelle nous avons pu effectuer nos recherches, ayant accès à un grand nombre de revues scientifiques.

Le plus gros du stage était réservé à ce qu’ils appellent le « shadowing ». Séparées en deux groupes de deux, nous étions réparties dans les différents services de la clinique, et nous suivions les internes en charge des patients. Selon les différents services, lorsque le temps le permettait, les internes et les chefs de services prenaient le temps de nous expliquer le fonctionnement de ceux-ci, la prise en charge des patients, et parfois, nous laissaient faire des observations afin que l’on puisse discuter du cas ensemble. La diversité des services nous a permis d’avoir une vision d’ensemble sur tous les aspects du métier d’Optométriste, tel qu’il est pratiqué à New York.

Le programme du stage comprend également des conférences qui ont été spécialement organisées pour nous, sur des sujets tels que le contrôle de la myopie, ou la chirurgie réfractive. Cela nous a laissé la possibilité, étant en petit comité, d’enrichir nos connaissances, en posant des questions, et en ayant un réel échange avec les intervenants. Ceux-ci étaient tous très ouverts et désireux de partager. Nous avons aussi bénéficié de deux sessions de travaux pratiques où nous avons pu nous entrainer à la technique de la tonométrie, et à celle du fond d’oeil. Cette partie du stage nous a beaucoup plu même si nous aurions aimé pratiquer d’avantage.

Nous avons également rendu visite à Rajat Shetty, Optométriste ayant ouvert un magasin d’optique. Cette rencontre fut très enrichissante, nous avons pu discuter de la différence entre les possibilités de carrière entre un Optométriste à New York, et celles d’un Optométriste en France, ainsi que les différences entre le quotidien d’une boutique d’optique dans les deux pays.  A la fin du stage, nous avons chacune du préparer une présentation sur un cas clinique vu dans le courant du mois, devant les différents représentants pédagogiques de l’université. Ce travail, même si il nous a fait un peu peur au début, a fait en sorte de se concentrer sur un sujet en particulier, d’effectuer des recherches dessus, et de l’approfondir. Le programme fut très modulable en fonction des services qui nous intéressaient le plus, nous avons chacune pu le modifier en fonction de nos préférences, nous étions en effet assez libres et les encadrants réellement à l’écoute de nos souhaits et de nos attentes.

Ce stage, en plus de m’avoir permis d’observer un grand nombre de cas cliniques, m’a conforté dans mon envie de continuer dans la voie dans laquelle je m’étais lancée. Penser que la pratique de l’Optométrie en tant que profession à part entière soit tout à fait réalisable est une chose, mais d’avoir été baigné dedans un mois durant, et d’avoir pu en observer de
visu les avantages pour le patient, rend cette idée d’autant plus concrète. Je conseille donc à chaque étudiant en optique, qui vise à poursuivre ses études dans cette voie, à réaliser un stage à l’étranger. Plus qu’un stage, ce fut une réelle expérience professionnelle et humaine, que je ne suis pas prête d’oublier.

Les chiffres clés de l'iso

Les chiffres clés de l'iso

1988

Création
de l'iso

9

écoles et CFA
en france

15 000

étudiants
& diplomés

90%

taux
d’employabilité