banner

Le rôle de l’opticien dans les examens de la vue

Le 13/06/2022

L’opticien-lunetier remplit plusieurs fonctions en tant que professionnel de la santé visuelle. Que ce soit pour conseiller et accompagner les clients dans le choix de leur équipement optique ou pour réparer et adapter les lunettes de vue, de soleil et les lentilles de contact, l’opticien assure des examens de la vue. Quels sont précisément les actes qu’il est habilité à conduire dans son magasin ? Dans quels contextes les opticiens sont-ils amenés à effectuer des mesures et comment se déroulent ces tests de vue ?

En quoi consiste un examen de la vue ?

L’examen complet de la vue qui comprend également un contrôle de la santé des yeux (cornée, nerf optique, champ visuel) est réalisé par le médecin ophtalmologue. Cet examen s’attache à déceler des troubles de la vision binoculaire et le dépistage de la  myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme et la presbytie) ainsi que des pathologies de l’œil (glaucome, cataracte, décollement de rétine, dégénérescence maculaire…). De plus en plus souvent, les optométristes mesurent l’acuité visuelle et la tension dans l’œil. Tandis que l’ophtalmologiste pratique exclusivement un fond de l’œil pour étudier dans le détail la morphologie et l’état de santé des yeux.

À la suite de cet examen, le médecin prescrit une ordonnance pour des lunettes et/ou des lentilles de contact adaptées aux besoins du patient. Il peut aussi prescrire des séances chez un orthoptiste ou programmer un traitement chirurgical.

Les opticiens, professionnels des métiers de la vision du secteur paramédical, pratiquent des examens de la vue dans le cadre de leur mission en magasin d’optique. En effet, ils contrôlent l’état de la vue et évaluent l’acuité visuelle des clients.

Pourquoi faire tester sa vue régulièrement ?

En fonction de son âge et de ses antécédents (diabète, hypertension…), il est conseillé de faire tester sa vue régulièrement par un professionnel de la vision :

  • avant 45 ans : tous les 5 ans ;
  • après 45 ans : tous les 2 ans ;
  • pour les enfants : tous les ans ;
  • en cas de pathologie visuelle : tous les ans.

Par ailleurs, pour les personnes atteintes d’amétropie, un contrôle régulier permet d’ajuster les corrections entre deux visites chez l’ophtalmologue.
C’est également l’occasion d’entretenir sa paire de lunettes (monture et verres) pour conserver un bon niveau de netteté et un confort visuel optimal en fonction de ses besoins visuels.( verres adaptés à l’usage d’un écran par exmple)

Peut-on faire contrôler sa vue chez l’opticien ?

Depuis 2007, un décret stipule que l’opticien-lunetier « peut adapter la prescription médicale des verres correcteurs ».

Toutefois, il doit respecter certaines conditions générales :

  • examen visuel effectué dans le cadre d’un renouvellement d’équipement optique (verres correcteurs, verres progressifs et lentilles souples ou rigides) ou cas d’urgence (perte ou bris) ;
  • âge du patient : plus de 16 ans, avec une prescription médicale de moins de 5 ans. Moins de 3 ans pour les patients âgés de plus de 42 ans ;
  • vérifier que le prescripteur n’a pas rédigé une mention expresse excluant la possibilité d’une adaptation ;
  • pour les patients atteints de presbytie, le médecin ophtalmologiste doit avoir prescrit une première correction. S’il y a suspicion de presbytie ou autre maladie oculaire, l’opticien orientera le patient vers le médecin.

L’opticien optométriste doit veiller aussi à suivre des règles précises de prise en charge :

  • informer le médecin prescripteur du changement de correction par rapport à l’ordonnance initiale ;
  • pratiquer le contrôle visuel dans un espace adapté (isolement phonique et visuel) au sein de magasins ou de locaux attenant préservant l’intimité du patient ;
  • s’identifier comme opticien optométriste à travers le port d’un badge signalant son titre professionnel ;
  • ne pas pratiquer de publicité concernant les capacités de l’opticien à déterminer la réfraction.

Comment se passe un test de la vue chez l’opticien ?

Les opticiens diplômés conduisent un test de vue en deux étapes afin de déterminer la correction adéquate :

  • test de réfraction objectif ;
  • test de réfraction subjectif.

Tour d’abord, l’opticien mesure la vue à l’aide d’un auto-réfractomètre qui calcule la réfraction à l’aide de rayons infrarouges. Cet examen dure quelques secondes et donne une première indication sur la correction de la vue. En cas de port de lunettes, celles-ci sont mesurées par un frontofocomètre. Puis, toutes les mesures sont croisées pour faire un premier bilan de la vision. Par ailleurs, l’opticien recueille des informations médicales. Il s’informe du dernier rendez-vous chez l’ophtalmologue, des traitements médicamenteux et des maladies chroniques et maladies oculaires. Ainsi, il vérifie si le patient doit être orienté vers le médecin.

Ensuite, l’optométriste passe à la seconde étape de l’examen en ayant recours à un refractomètre. C’est le fameux test de la vision avec les lignes de lettres et de chiffres de différentes tailles qui détermine la vision de loin. Pour les patients de plus de 40 ans, l’opticien contrôlera également la vision de près.

Enfin, au terme de l’examen, l’opticien détaille la performance visuelle au patient ainsi que la puissance des verres (dioptries) préconisée. Puis, il conseille sur le choix des verres et des montures. Et il réalise le dossier pour la prise en charge assurance maladie/mutuelle.

Les chiffres clés de l'iso

Les chiffres clés de l'iso

1988

Création
de l'iso

9

écoles et CFA
en france

15 000

étudiants
& diplomés

100%

taux
d’employabilité